TransformationS première partie

Il y a peu, vous avez pu voir sur ce blog ma transformation de vêtement la plus récente: le pyjama à partir d’une chemise. J’aime bien cet exercice et j’ai voulu fouiller dans mes archives pour en ressortir d’autres exemples.

1- Chemise en vrai ou faux liberty, taille 44 transformée en tunique à manches raglan et col elastiqué, plus de détails ici

2- Sweatshirt adulte T 38 d’une amie maman transformé en urban hoodie, patron Heidi&Finn, pour son petit, taille 4 ans, détails ici

3- Une robe chemise d’été t 38 transformée en tunique de plage beaucoup portée par ma mini, détails ici, je n’ai malheureusement plus la photo de la robe initiale

4- une jupe en jean vieillotte transformée trouvée sur un marché aux puces transformée en pantalon Jacob simplifié, Zonen09, détails ici


Avec quand même un peu de nostalgie de retrouver ces créations, je me souviens qu’elles ont vraiment été beaucoup portées ce qui me conforte dans cette démarche anti-conso et créative à la fois.

Curieuse de voir ce que l’avenir nous réserve et quels vêtements mal aimés vont se retrouver chez nous!

Pour changer un peu

Une petite commande entre amies

Un bon gros tour de cou bien chaud et confortable, noir pour aller avec tout mais avec une petite étiquette fantaisie pour ne pas être trop banal.

Tissu: Sweat bio Rascol et coton, doublure en polaire bio de Lebenskleidung

Les petits trésors

J’ai trouvé cette petite merveille sur un marché aux puces récemment

En général, il est très rare que j’achète quelque chose dont je n’ai pas besoin. Je ne suis ni chineuse, ni collectionneuse. J’ai certes un certains nombre de mètres de tissus sous la main mais je les utilise ou je sais que je les utiliserai.

Mais certains objets racontent une histoire et leur design me parle, surtout les anciens objets.

En général je les admire sans les acheter. Mais cette fois j’ai craqué pour cette petite machine et ses accessoires encore en très bon état et qui fonctionnent encore. La petite Elna était fabriquée en Suisse. Je ne suis pas sûre de son année de fabrication même si j’ai pu lire que les premières machines ont été produites en 1940. C’est la première machine à bras libre avec un levier pour gérer la vitesse du moteur, que l’on peut activer avec le genou. J’ai aussi la malette qui se transforme en en plan de travail. Il ne me manque que le mode d’emploi mais grâce au net j’ai pu trouvé ici et là les explications nécessaires.

C’est un plaisir de coudre avec et le son est très agréable par rapport à mes machines modernes.

Il faut encore que je teste les différents pieds et l’apprivoise un peu plus mais elle patiente sagement exposée dans mon atelier en lui donnant un petit côté déco industriel que j’aime beaucoup.

Et vous? avez-vous des petits trésors de couturière sur vos étagères?

Voyager (bis)

Avec l’hiver qui arrive j’ai envie de printemps et d’été, de voyage et d’ailleurs. Une jolie tunique en lin, juste comme ça, parce que ça met du baume au coeur et qu’on sait que ça servira quoi qui’il arrive.

Patron maison pour mon mini au printemps donc environ taille 4ans
Tissu: Lin de mon stock ressorti de mes cartons de déménagement..je ne sais plus où je l’avais acheté…!

Voyager

Quand j’ai découvert la couture, je me suis lancée dans l’achat de tissu au hasard car je n’y connaissais absolument rien. En général j’achetais des tissus sans trop faire attention à la composition et en faisant surtout attention au prix…

Heureusement, avec l’experience je me suis de plus en plus penchée sur les tissus naturels, quitte à y mettre le prix.

Il y a quelque chose de physique et d’emotionel à découvrir, toucher et choisir des tissus qui me fait vibrer et qui me touche encore aujourd’hui. La joie de recevoir de beaux tissus et l’envie de créer avec.

Je me souviens d’un tour sur un marché berlinois aux tissus sur lequel on pouvait vraiment trouver de tout. Et là, j’ai découvert ce tissu

Naomi Iro pour Nani Iro – modèle Fuwari

J’ai été fascinée.

Les tons sont pourtant loin de ceux que j’aime en général. Je n’aime pas vraiment le rose, le turquoise non plus, les petites fleurs mignonnes assez peu pour moi…Et pourtant. Il était si délicat et si doux qu’il m’a vraiment touchée. Je crois que c’est le côté « peinture » qui m’a plus, un petit côté oeuvre d’art unique et précieuse.

Ce n’est que quelques années plus tard que j’ai pu me l’offir, et quelques autres de différentes collection, au goutte à goutte. Et à chaque fois c’était pour moi comme une fête, un vrai plaisir de les recevoir et de les transformer. Je n’ai pas osé couper les premiers coupons de peur de faire une erreur. Il y avait quelque chose de presque mystique.

Ces tissus japonais sont créés par l’artiste Naomi Ito qu’il est désormais possible de suivre .

J’aime son univers doux et poétique, cette sensation de voyager sur une planète délicate, proche de la nature et déconnectée.

J’ai souvent voulu commander des tissus directement sur le site dédié mais mes compétences en japonais étant assez limitées et ne dépassant pas le déchiffrage difficile de certains patrons de couture, je n’ai jamais pu commander.

Alors quand j’ai lu il y a peu que le site donnait enfin la possibilité de livrer à l’international, mon coeur à fait des petits bonds de joie. Bon il faut s’accrocher un peu pour s’en sortir mais ça ajoute encore au charme et me rappelle l’époque d’avant, où tout n’était pas partout à disposition et que voyager dépaysait vraiment.

Quelques coutures avec mes tissus fétiches:

Transformation

Dans la couture, j’aime particulièrement transformer des vêtements. J’ai la chance de recevoir de temps en temps des vêtements en très bon état, donnés par des amis, des parents, des connaissances qui ne les portent plus mais souhaitent leur donner une deuxième vie, quitte à ce que ce soit pour mes enfants.

La couture permet de tempérer un peu la surconsommation, de prendre du recul, de se servir de ce qui existe, d’éviter d’acheter, surtout d’acheter du neuf constamment sans réfléchir.

Voici l’histoire courte d’une transformation réussie!

Partie d’une vieille chemise XL – quasi neuve – laissée au placard en bonne vieille flanelle grand-père, j’ai eu envie de faire un haut de pyjama tout doux pour mon mini.

Et pour avoir un ensemble j’ai ajouter un pantalon de pyjama tout simple en sweat bio.

Patron: maison
Tissus: sweat bio Lebenskleidung

C’est la rentrée!

Pendant ce week-end plutôt pluvieux, avec l’approche de la rentrée, j’ai eu envie de faire un peu de rangement, enfin de créer un peu de rangement. Des petits accessoires jolis, tout simples et tout doux qui rendent heureux.

L’idée est partie du besoin de « sacs à masques » pour la rentrée et du besoin de rendre l’utile (enfin l’obligatoire) à l’agréable.

Voici les sac à masques de ma grande pour l’école:

Sur ma lancée, j’ai eu envie de faire quelques pochons pour notre chez nous…

Tant est si bien qu’à la fin j’ai créé une collection de différents petits sacs…

Ils sont tous en coton ou lin. Une petite mention « coup de coeur » pour le tissu vichy rouge qui appartenait à ma grand mère. Un petit trésor du temps passé.

Et maintenant que les enfants sont de retour à l’école, je vais pouvoir coudre à nouveau en toute tranquilité et sur des projets plus conséquents. *Joie*

Bonne rentrée à tous!

Projet annuel

Comme beaucoup, j’ai découvert l’art du « bullet journal » il y a quelques années. C’est surtout l’idée de créer son propre agenda sans devoir chercher et acheter chaque année l’agenda optimal dans le commerce qui m’a séduite. J’aime le créer exactement comme il me convient, y ajouter des dessins, des papiers découpés ou trouvés ici et là, y noter les rendez-vous, tout ce qui ne doit pas être oublié mais aussi les petits moments de bonheur, les livres lus, les films vus.

Je le transporte partout depuis plus de 4 ans et j’en suis encore très contente. Et évidemment, il me donne tous les ans une merveilleuse excuse pour coudre encore un protège carnet personnalisé!

Patron: maison, il y a des tonnes de tutos et de modèles gratuits en ligne.
Tissus: Mélange coton inspiration japonaise qui m’a été donné et que j’adore; crétonne grise Mondial Tissus

Pour les curieux, le carnet utilisé est le fameux Leuchtturm 1917 A5 à pointillés, simplement parfait pour cette utilisation. J’arrive à y dessiner et y faire vivre 4 années dans un seul exemplaire, ce qui est un plaisir et amortit vraiment son prix d’achat (environ 20 euros)

Bien au chaud

Pour continuer dans les créations confortables pour l’hiver qui arrive toujours trop vite:

Une petite série de bonnets assortis aux snoods tout doux et confortables

L’association des tissus en jersey bio de Lebenskleidung et Story of Roo est tellement agréable qu’on a vraiment envie de se blottir dedans, juste parfait pour ce genre d’accessoires.

Il n’y a pas de raison!

Ma grande, qui n’est pas très intéressée par la mode en général et aime porter souvent la même chose, a eu droit à un tout nouveau T-shirt avec ce tissu qu’elle adore. Je l’avais acheté sur un coup de coeur, malgré les motifs qui me sortent vraiment de ma zone de confort et j’en suis vraiment heureuse.

Patron: T-shirt raglan, Ottobre, Taille 146cm
Tissu: jersey bleu canard Mondial tissu et sweat bio Story of roo